Soleil.jpg

DÉCORATIONS EXTÉRIEURES

Si l’architecture d’ensemble joue sur la simplicité des lignes droites, de la brique jaune basse cuisson et du soubassement en ciment, l’architecture n’en est pas pour autant froide. L’architecte Paul Robine a parsemé la construction de détails (tant au niveau de la modénature que des murs) qui font tout le charme de la bâtisse. L'ensemble des briques provient de la briquetterie "DZ" de Dizy-magenta, près d'Epernay (51).

Jardinière suspendue

Construite en ciment armé, la jardinière en forme d’auge est composée de 4 compartiments et posée sur 4 consoles devant les fenêtres de la salle à manger.

 

Elle n’est pas solidaire du mur du château lui-même. Ce détail architectural se retrouve quasi à l’identique dans les 2 villas construites par Paul Robine au Coudray-Montceaux (91) à la même période.

jardinière.jpg

Décors de briques

Généralement en briques rouges, ils jouent sur des motifs géométriques en léger relief par rapport au mur extérieur. On en distingue de différents types

  • au niveau de la corniche : constituée de trois bandes de tailles inégales se trouve exclusivement sous les avancées de toit. Lorsque des lucarnes percent la toiture, la corniche s’interrompt.

  • des chapiteaux de colonnes stylisés : ils ornent les coins de chaque mur ainsi que la tranche du haut des cheminées. Ces chapiteaux se retrouvent également sur la maison du garde-chasse. On retrouve ce type de stylisation sur les piliers de la façade du Louxor construit à Paris au début des années 20.

chapiteau.png
cheminée.jpg

Calepinage de briques en damier

Essentiellement présent en deçà des fenêtres du premier étage et du hall d’honneur, ils présentent un ordonnancement par groupes de trois briques orientées à 90 degrés appareillées en panneresse.

damiers.jpg

Calepinage de briques en losange

De plus petite dimension, ils sont présents à différents endroits de la façade pour encadrer les fenêtres du premier étage ou bien entre les fenêtres de chaque étage (rez-de-chaussée, premier et deuxième étage)

Losanges.jpg

Calepinage de briques triangulaires

Ils se trouvent de manière systématique au niveau des frontons et des lucarnes jacobines : il s’agit ici de créer un réseau de lignes de longueurs irrégulières, perpendiculaires à la ligne de toit. Ces motifs ont été particulièrement soignés pour la façade sur le parc

triangles.jpg

Pilastres

On les retrouves à deux endroits sur la façade d'entrée :

  • sous l'entablement des fenêtres du rez-de-chaussée du grand hall d'escalier en série de 2 + 4 + 2

  • de part et d'autre de la porte d'entrée, d'ordre colossal

pilastres1.jpg
pilastres2.jpg

La Porte d'entrée monumentale de plein cintre

Elle est encadrée d’une moulure grasse sur trois niveaux de briques pris dans l’intégralité de l’épaisseur du mur. Un quatrième niveau d'une épaisseur de quatre boutisses est apposé en décor sur le mur.

Cette décoration renforce le caractère monumental de la porte d’entrée. Celle-ci est proche stylistiquement de la porte d’entrée de la poste principale de Saint-Quentin.

La porte dispose d'un volet métallique descendant à verrou fabriqué par la maison JOMAIN (rue Brancion à Paris)

Pour donner encore plus de grandeur à cette entrée, Paul Robine a fait installer un miroir de la même taille que la porte sur le mur opposé et dans lequel la forêt se reflète. Ce reflet laisse le visiteur dans le doute quant à la profondeur de la bâtisse, d’autant plus qu’il n’est pas possible de se voir dans le miroir tant que l’on a pas approché l’escalier.

porte.jpg

Ferrures décoratives

Présentes en deux endroits, elles viennent compléter la décoration de la façade d’entrée et la façade arrière sur le parc.

  • Sur la façade d’entrée : il s’agit d’un groupe de trois ferrures composées d’un cercle découpé en quatre parties égales au-dessus duquel est apposée une croix grecque. Les bords de la croix sont dentelés. Le cercle et la croix sont fixés l’un à l’autre par un rivet à tête pyramidale. On retrouve également cette ferrure sur la pointe du toit de la façade d’entrée de la maison du garde-chasse.

  • Sur la façade du parc : on retrouve les mêmes ferrures que sur la façade d’entrée auxquelles s’adjoint un important cadran solaire en ronde bosse représentant le soleil. Le visage masculin est entouré d’une couronne de lauriers et de 25 rayons de tailles variées mais symétriques. Le cadran indique l’heure solaire de 10 heures (matin) à 19 heures.

Ferrure.jpg
cadran.jpg

Barreaux de fenêtres

ils arborent une forme assez simple faite de 6 cercles, d’un cadre et d’un nombre de barreaux de section carrée adapté à la largeur de la fenêtre. Il semble que ce type de barreaux soit en grande partie décoratif car il ne se retrouve pas sur toutes les fenêtres d’un abord facile.

 

A titre d’exemple, les fenêtres du rez-de-jardin en sont dépourvues. Seules les fenêtres de deux escaliers (hall d’honneur et escalier de service) ainsi que les impostes des fenêtres centrales du grand salon, en sont systématiquement pourvues, y compris au premier étage se situant entre 5 et 8 mètres au-dessus du niveau du sol.

Les fenêtres du rez-de-jardin sont rarement dotées de barreaux. Lorsque c’est le cas, il s’agit de simples croisillons constitués de deux barres horizontales à section rectangulaire et de barreaux à section cylindrique.

barreaux.jpg
frise.jpg