Soleil.jpg

FORMES GEOMETRIQUES

Le château s'organise de manière symétrique autour du corps central, avec ses deux ailes à 135° et ses deux tours en pavillon. Au-delà de cette symétrie première, une fois entré à l’intérieur, le visiteur s’aperçoit que le bâtiment a fait l’objet d’un soin presque maniaque dans l’utilisation des formes géométriques : hexagone allongé, cercle, triangle organisent les proportions des pièces les unes par rapport aux autres autour de l’axe central composé de la porte d’entrée et des baies du grand salon donnant sur le parc.

Hexagones

Cette forme se retrouve à trois niveaux contenus les uns dans les autres.

 

  • Le château dans son ensemble (corps principal, ailes et pavillons) s’inscrit dans un grand hexagone dont les grands côtés sont la façade nord-est constituant l’entrée principale et la façade sud-ouest avec les fenêtre du grand salon (hall sur le plan) et la pointe des deux tours.

  • Un hexagone intermédiaire s’appuyant sur le vestibule, les murs des pavillons et intégrant l’ensemble du grand salon.

  • La partie centrale du grand salon. Chacun des petits côtés de cet hexagone est constitué d’une double porte vitrée ouvrant sur le grand escalier, la bibliothèque, le petit salon et le dégagement vers la salle à manger.

Hexagones.jpg

Cercles

le cercle se retrouve également à trois niveaux.

 

  • Le premier s’inscrit dans le carré du grand salon.

  • Le deuxième s’appuie sur le bord ouest de la terrasse, les angles nord et ouest des pavillons et le côté est du grand salon.

  • Le troisième sur les escaliers de la terrasse, les angles ouest de la salle à manger et de la deuxième chambre et enfin sur l’escalier de la façade est.

cercles.jpg

Triangles

Le triangle se retrouve lui-aussi à trois niveaux :

  • Le corps principal et la terrasse s’inscrivent dans deux triangles isocèles, reposant d’une part sur la façade nord-est, d’autre part sur les escaliers présents de part et d’autre de l’arc-de-cercle de la terrasse (façade sud-ouest). L’intersection de ces deux triangles constitue un losange qui s’inscrit lui-même dans la hauteur du petit hexagone constitué de la partie centrale du grand salon qui constitue bien le cœur du château.

  • Un troisième triangle isocèle relie la porte d’entrée (nord-est) à la baie centrale de la salle à manger (ouest) et à la fenêtre de la chambre (sud).

triangles2.jpg
frise.jpg

RAPPORTS DE PROPORTION

La leçon de géométrie de Paul Robine se poursuit également dans l’utilisation des chiffres et des rapports de proportion de l’ensemble du bâtiment. Les chiffres 2, 3 rythment les ouvertures des façades :

proportions.jpg

Façace nord-est d'entrée

proportions2.jpg

Façace sud-ouest sur le parc

Pour les longueurs, c’est le chiffre quatre qui est à l’honneur, toutes les pièces étant construite à partir de modules de 4 mètres par 4 mètres et leurs multiples.

Mesures.jpg
frise.jpg

PIÈCES REMARQUABLES

Si la disposition des pièces n'a pas été modifiée depuis la construction du château, le décor a quant à lui en partie subi les aléas des temps. Les différentes pièces de réception font donc l'objet d'un plan pluriannuel de rénovation. D'ores et déjà l'aile sud-est, au rez-de-chaussée et au premier étage, a bénéficié d'une reprise complète, de même que les pièces de la domesticité au rez-de-jardin (cuisine, salle à manger des gens, laverie, office).

Les deux salons des tours ont repris vie : les panneaux moulurés ont ainsi retrouvé des papiers peints adaptés : la petite salle à manger de la tour a reçu des papiers peints art déco issus d'une manufacture belge, le petit salon chinois des panneaux illustrant la fabrication de la porcelaine et la cueillette du thé, copie provenant d'un paravent du Musée Guimet (Paris)

Salon chinois.jpg

Petit salon dans le goût chinois

d'après un paravent du Musée Guimet

tour sud

Petite salle à manger

​tour nord

Salle à manger.jpg

Quatre pièces principales méritent encore d'être évoquées. Ces quatre pièces sont restées "dans leur jus" et seront reprises dans les années à venir.

Vestibule

Pièce d’entrée du château, le vestibule (marqué porche sur le plan de Paul Robine) comporte une glace monumentale, de taille identique à celle de la porte et dont l’objectif est de "perdre" tout visiteur et de lui rendre impossible l’appréhension de l’intérieur. Le miroir est entouré d’un balcon en fer forgé.

De part et d'autre du grand miroir figurent le cadre de bois de deux tapisseries. Celles-ci ont vraisemblablement disparu au début des années 2000.

 

Le sol est composé de mosaïques blanches et noires regroupées en grand carreaux de 11 par 11 tesselles de marbre. Les murs du vestibule comme ceux du hall d’honneur (pièce suivante) sont décorés d’un enduit à l’imitation de pierres de taille, aujourd’hui abîmé en maints endroits. De part et d’autre du hall, deux doubles portes mènent d’un côté au hall d’honneur, de l’autre à l’office.

Vestibule.jpg

Hall d'honneur

Il constitue l’une des pièces majeures du rez-de-chaussée. De forme pentagonale, il comporte deux portes simples menant aux chambres et au petit salon chinois et deux doubles portes menant au grand salon et au vestibule. L’escalier comporte une seule volée sans repos entre le rez-de-chaussée et le premier étage.

 

La forme relativement étroite de la pièce lui confère une courbure importante. Les marches sont constituées de planches de chêne débordantes. La rampe en fer forgé est montée à l’anglaise sur le côté des marches. Elle court d’un seul tenant jusqu’au bout de la mezzanine à l’étage.

 

La coursive de l’étage est organisée comme un théâtre à l’italienne afin de disposer d’une vision large sur le parc et sur la montée de l’escalier.

escalier.jpg

Grand salon

Il est organisé autour de sa cheminée monumentale, face aux portes-fenêtres donnant sur la terrasse en arc-de-cercle. Sa caractéristique principale est la proportion importante de surfaces vitrées par rapport aux murs disponibles : hors cheminée, la surface vitrée représente ainsi plus de 50% de l’ensemble. Le sol est couvert de parquet en chêne au point de Hongrie. Pièce centrale du rez-de-chaussée, elle donne accès à quatre pièces de réception : hall d’honneur, petit salon chinois, petit salle à manger et grande salle à manger (via un dégagement desservant également l’office).

Elément marquant de cette pièce : la cheminée monumentale de 4 mètres de hauteur pour plus de 2 mètres de large.

 

L’entablement repose sur deux colonnes d’ordre toscan à fut lisse monolithique montées sur une base octogonale. Entre les deux colonnes, le foyer paraît relativement petit. L’ébrasement et la traverse d’ébrasement sont constitués de plaques de fonte avec des sculptures diverses en bas-relief. La plaque de fonte au fond du foyer présente des personnages féminins dans le goût de l’antique.

 

Dans l’encadrement constitué par la moulure figure un important bas-relief scellé représentant cinq putti dans des activités de pêche (deux angelots au premier plan tiennent un poissons, deux autres en arrière-plan jouent avec une nasse). L’auteur du bas-relief n’est pas connu. Cet élément faisait-il partie des décorations de l’ancien château ? La question reste ouverte.

Cette cheminée monumentale et quelque peu disproportionnée détonne dans cette pièce finalement relativement petite. Sa raison d’être reste aujourd’hui encore inconnue. Les commanditaires ont-ils souhaité réaliser un pastiche d’une cheminée connue ? L’analyse du bas-relief comme des plaques apportera peut-être des solutions à l’avenir.

Grand salon.jpg
cheminée2.jpg

Grande salle à manger

La salle à manger orientée nord et ouest dispose d’un mur entier de vitres (ouest), du plancher au plafond, complété par deux fenêtres (nord) faisant de cette pièce l’une des plus lumineuses du château malgré son orientation au nord. Elle dispose d’une porte double permettant d’accéder à la petite salle à manger et de deux portes simples permettant d’accéder d’une part à l’office, d’autre part au dégagement donnant sur le grand salon.

 

Elle bénéficie d’une boiserie particulièrement intéressante à motif géométrique d’un entrelac de rectangles de tailles variées. La porte double et les deux fenêtres sont surmontées d’une corniche.

 

Face au mur de fenêtres se trouve la grande cheminée de style Louis XIV-Napoléon III. Elle s’appuie sur un mur entier en pierres de taille reconstituées dessinant en léger relief une succession d’arcatures géométriques reprenant le format de la corniche au-dessus de la double-porte. La cheminée elle-même est également en pierres de taille reconstituées. Le foyer et l’ébrasement sont entouré d’un linteau et de jambages en forme d’arcature à moulures grasses. Le linteau est surmonté d’un entablement à cannelures de forme incurvée.

 

Les plaques de fonte de l’ébrasement sont à médaillon ovale central, le bord étant décoré d’une frise à un rang de perles.

frise.jpg